Le projet Diabe a pu reboiser 553.324 Ha lors de la première campagne de reboisement 2020-2021 afin de remédier aux 67.351 points d'incendie observés dans la Grande Île en 2020.

14 Jul 2021

Face à la détérioration permanente de l’environnement à Madagascar, l’Union européenne intervient, à travers le Projet DIABE (Développement Intégré, Aménagement et Bois-Energie) qu’elle finance, à l’appui à l’augmentation des ressources forestières à vocation Bois Energie et à l’exploitation de façon rationnelle et pérenne de ces dernières.

À cause des incendies dans les zones forestières, de l’exploitation illicite et irrationnelle des ressources forestières pour l’expansion agricole ainsi que la forte dépendance des ménages à la consommation en charbon et bois de chauffe, plus de 90% de sa couverture forestière a été dégradée dont 67 351 points de feux constatés en 2020.

A travers le programme AFAFI-CENTRE, financé par le 11è FED, géré par le Bureau d’Appui à la Coopération Extérieure (BACE) du Ministère de l’Economie et des Finances,  le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, appuyé au niveau de la mise en œuvre par les ONG PLANETE URGENCE, AIM (Action Intércoopération Madagascar), CIRAD (Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement) et PARTAGE (Participation à la Gestion de l’Environnement) a déployé le Projet DIABE (Développement Intégré, Aménagement et Bois-Energie) au mois de Novembre 2020.

Cinq (5) districts ont bénéficié de l’appui apporté par le Projet DIABE pour la première campagne de reboisement 2020-2021 dans ses régions d’intervention à Analamanga et Itasy, notamment : Ambohidratrimo, Andramasina, Anjozorobe, Ankazobe et Arivonimamo. Sur l’ensemble de ces districts, 11 communes ont été touchées dont 60 fokontany pour 1 234 bénéficiaires directs et indirects impliquant 170 femmes chefs de famille, soit 13,77% sur la totalité des bénéficiaires.

Ainsi, à travers le Projet, 1 833 parcelles pour un total de 553,324 Ha ont pu être reboisés en application du principe d’intensification et diversification avec des variétés plus résistants de jeunes plants issus des pépinières, adaptés aux conditions climatiques pour chaque district. Les espèces diffusées sont l’Eucalyptus robusta et Acacia mangium pour le district d’Ankazobe, Ambohidratrimo et Anjozorobe et le Corymbia maculata et Acacia mangium pour le district d’Andramasina et Arivonimamo.

Parallèlement, des mesures ont été prises pour protéger les jeunes plants mis en terre par la création de pare-feu verts d’une largeur de 2 à 6 m avec les cultures vivrières comme le manioc, le haricot, les patates douces et les pois de Bambara. Cette valorisation des parcelles de reboisement favorisera l’intérêt des bénéficiaires à les protéger contre le feu. En outre, la diffusion de spots de sensibilisation contre les feux de brousse dans les districts permet de conscientiser la population cible sur l’importance de la mise en place et de l’entretien du pare-feu vert. Notons également que l'équipe du projet a négocié avec les reboiseurs pour pouvoir cultiver les pare-feux.